NADDAF

TOGO : Dissémination des résultats du projet AVENIR

0 Commentaires

Jeudi 10 décembre 2020 à Lomé. La coordination du projet AVENIR (Action des Volontaires Européens et Nationaux Investis pour la Résilience) et l’équipe technique de France Volontaires au Togo ont animé une séance de dissémination des résultats du projet AVENIR au Togo. Démarré il y a plus d’une année au Togo, ce projet avait pour objectif de renforcer la résilience des communautés de la côte face au phénomène de l’érosion côtière.

Le projet AVENIR consiste à déployer des volontaires européens et nationaux en binôme dans des structures associées pour renforcer la résilience des communautés victimes. NADDAF a bénéficié de 4 volontaires (2 Européens et 2 nationaux) dans le cadre dudit projet. Un an après, plusieurs activités et des résultats attestent de l’efficacité de ce dispositif déployé pour la première fois au Togo en partenariat avec l’Agence National de Volontariat au Togo (ANVT).  Prévu au départ pour être mis en œuvre dans toutes les communautés riveraine victime de l’érosion côtière, le projet de NADDAF s’est finalement exécuté dans la communauté de DOEVI KOPE dans la commune GOLFE 6 de Baguida.

DOEVI KOPE est un village de la commune du Golfe 6, situé sur le littoral togolais, cette portion (11,2%) du territoire national qui concentre 45% de la population du pays. Du fait de son positionnement, des pressions entropiques, dues notamment aux activités économiques, et des dynamiques naturelles, les 1500 habitants de DOEVI KOPE sont confrontés à de nombreux défis de développement posés par l’érosion côtière :

Sur le plan environnemental, l’érosion côtière a entraîné la disparition d’une grande partie du territoire du village, obligeant 86% de la population du village à changer de domicile au moins 4 fois sur les 8 dernières années. Les prévisions prédisent des hausses importantes de la mer dans les prochaines décennies : l’élévation du niveau de la mer par rapport à 1986-2005 sera probablement comprise entre 0,10 et 0,17 m à l’horizon 2025, entre 0,19 et 0,34 m à l’horizon 2050, entre 0,29 et 0,55 m à l’horizon 2075 et entre 0,33 et 0,75 m à l’horizon 2100.

En termes d’accès aux infrastructures et services sociaux de base, le village ne dispose que d’un seul forage, obligeant ainsi les femmes et les jeunes filles à consacrer beaucoup de temps aux corvées d’eau. En outre, le village ne dispose ni de centre de santé, pour les soins primaires, ni d’infrastructures d’assainissement. La seule école primaire existante se trouve à moins d’une dizaine de mètres de l’océan ce qui a amené à son abandon cette année.  Sur le plan social, le bouleversement de la dynamique familiale au sein du ménage dû au fréquent déménagement, la précarisation des moyens de subsistance ont entraîné des maux sociaux (tabagisme, grossesse précoce, mariage précoce, banditisme, …) dont les premières victimes sont les jeunes et les jeunes filles. Ce qui est source d’inégalité entre les hommes et les femmes de la commune.

Sur le plan économique, la population active de DOEVI KOPE se consacre essentiellement aux activités halieutiques – pêche pour les hommes, transformation et vente des produits pour les femmes. La baisse continue du rendement des produits de pêche, l’inadéquation du matériel de travail et le changement fréquent de domicile ont impacté l’autonomisation des femmes dont la majeure partie sont devenues des ouvrières dans de petites exploitations maraîchères. Déjà précaire, cette situation s’est fragilisée avec la crise de la COVID-19.

C’est dans cette atmosphère que les volontaires du projet AVENIR ont mené les actions et obtenue les résultats ci-après.

  • 30 acteurs des communautés et de la société civile ont vu leur capacité renforcé sur la problématique de l’érosion côtière
  • 30 acteurs des communautés ont vu leur connaissance améliorée et leur résilience renforcée face à l’érosion côtière
  • Un atelier de renforcement de capacité sur le processus de plaidoyer et l’élaboration d’un document de plaidoyer
  • Identification des victimes les plus vulnérables des victimes de l’érosion côtière. Sur les 1500 habitants de DOEVI KPOE près de 500 sont dans une situation de précarité et fragilité grave et ont besoins d’une prisse en charge immédiate
  • Réalisation d’un documentaire sur la situation des femmes et jeunes filles victimes de l’érosion côtière dans la communauté de DOEVI KOPE
  • Diffusion du film documentaire aux parlementaires à l’Assemblée Nationale, aux Organismes internationaux accrédités au Togo et sur la chaine de TV New Word TV
  • Rencontre de plaidoyer et de lobbying pour la prise en charge des victimes de l’érosion côtière auprès du Ministère des Droits de l’Homme, du ministère de l’environnement, du ministère chargé de la protection de la côte
  • Installation de 8 dispositifs de lavage de main dans la communauté de DOEVI KOPE pour lutter contre la propagation du virus COVID 19
  • 315 ménages soient près de 1500 hommes, femmes, jeunes et enfants ont bénéficié des kits alimentaires et sanitaires pour la riposte contre la COVID 19
  • Processus de mise en place d’un cadre de concertation multi acteurs entre les communautés, la société civile, les élus locaux, le secteur privé et le gouvernement pour trouver des solutions aux victimes de l’érosion côtière

Le projet AVENIR a permis à NADDAF de poser le débat sur la protection de la côte et la situation des victimes de l’érosion côtière au Togo. Les perspectives pour 2021 sont encore plus grandes…

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.